Carol Bailly

  • carol bailly
  • carol_bailly_1
  • carol_bailly_2
  • carol_bailly_3
  • carol_bailly_4
  • cb_01_350-
  • cb_02_800-
  • cb_03_850-
  • cb_04_1200-
  • cb_05_700-
  • cb_06_650-
  • cb_07_1200-
  • cb_08_550-
  • cb_09_1200-
  • cb_0_800-
  • cb_10_600-
  • cb_11_600-
  • cb_12_600-
  • cb_13_600-
  • cb_14_550
  • cb_15_500-
  • cb_16_800-
  • cb_17_500-
  • cb_18_370-
  • cb_19_650-
  • cb_20_1200-
  • cb_21_500-
  • cb_22_400-
 

Les sourires de Carol Bailly

"Si tu veux lancer une flèche à ton ennemi, trempe d'abord la pointe dans du miel" Carol Bailly applique au pied de la lettre ce proverbe chinois. Elle convoque dans ces compositions une foule de personnages cocasses - actrices sexy dame de paroisse frustrée, couple en mal d'érotisme - et les fait figurer dans des scènes d'apparence banale, au supermarché, lors d'une party ou simplement à la maison. L'artiste nous narre par le menu leurs faits et gestes sur un ton si badin qu'elle finit par tordre le cou à ce quotidien dérisoire, lui conférant un tour des plus grotesques. L'atmosphère qui se dégage semble joyeuse et confine à l'euphorie, mais l'oeuvre n'en cache pas moins une ironie incisive et caustique Et si le support d'expression de Carol Bailly est totalement envahi par ses dessins et ses textes, ne voyons là nulle horror vaqui, cher aux psychologues. Il s'agit bien plus d'une frénésie logorrhéique - un amor impleti, pour la formulation latine -, la page blanche se présentant commune une tentation irrépressible: celle d'un fou rire inextinguible et jubilatoire qui dénonce avec une pointe de miel les travers de notre société contemporaine.


Lucienne Peiry

 

A propos de l'oeuvre de Carol Bailly

Comment donner à la vie quotidienne une dimension romanesque. Regardez les dessins multicolores de Carol Bailly et vous y découvrirez quelques ingrédients piquants.

La vie d'une ménagère à notre époque prend des allures de poème épiques. La monotonie du repassage hebdomadaire, les repas sans cesse préparés et les vaisselles jamais terminées, l'éducation des enfants, les courses dans les supermarchés, la vie amoureuse enfin, l'artiste fribourgeoise les aplatit sur le papier avec force, détails mêlant texte et image pour raconter, dédoubler, ironiser, insister. Cette archéologie de la banalité se cristallise dans une série d'oeuvres réalisées en 1994 et consacrée à la figure de Cléopâtre.

Carol Bailly s'est entichée de la star, qu'elle appartienne à l'histoire, à la légende ou au cinéma. Cléopâtre réunit toutes les fables, vit dans l'Égypte pharaonique, est incarnée par Liz Taylor dans un péplum mémorable et trouve en Carol Bailly un alter ego dans la correspondance physique que l'artiste se plaît à accentuer: elle adopte pour un certain temps la coiffure de l'actrice américaine dans le film. La vie et l'art forment une seule entité pour Carol Bailly dont les thèmes, les protagonistes, les objets, les dialogues parfois s'échappent d'un quotidien visité par la dérision, l'humour le sens du drame aussi.

Cléopâtre incarne la beauté, le pouvoir, la séduction, la victoire de la femme sur l'homme. Héroïne hors du commun son destin se révèle pourtant trafique. Un glissement une superposition de figures s'opère dans l'imagination de Carol Bailly et la reine d'Égypte prend soudain les traits et le nom de Marilyn Monroe. L'artiste décline alors , au travers de ses avatars, les multiples vies d'une Cléopâtre réinventée, sublimée qui oublie rapidement trône, aspic et pyramides pour embrouiller les fils d'intrigues amoureuses contemporaines et démêler les situations les plus excentriques.

Les ors, oranges, jaunes dominent les dessins de cet ensemble. Les motifs décoratifs rivalisent de richesse et ajoutent à la fantasmagorie de ces enluminures. La feuille est pleine à craquer; les blancs se rétrécissent. Animaux, objets de toutes sortes, ornements variés, remplissent de manière compulsive un fond qui disparaît avalé. Les mots racontent des histoires rocambolesques mais ils nient aussi, dans les interstices brouillés, les sentiments de Carol-Cléopâtre: je suis triste, je suis morte, je ne vaux rien. La composition déstabilise le spectateur pris entre le carnaval, la mascarade burlesque et la tragédie, la violence des affections.

L'image de Carol Bailly ressemble à la fois à une image du pop art, naissant de la publicité, de la télévision, de l'affiche, des slogans. Le lieu commun le trivial, le déjà-vu, l'archi-connu cohabitent avec le factice, l'enfantin, le primesautier. Mais le "on", présidant généralement à l'image publicitaire s'articule ici en "je". L'identification à Cléopâtre permet l'aveu; le travestissement engendre le rêve et l'illusion; la fable projette la réalité dans le romanesque. Pour une survie meilleure.

Véronique Mauron

Historienne de l'art

Lausanne, juillet 1996


 
galerie comquecom

Adresse

Galerie Comquecom
Grand Rue 3
2520 La Neuveville

 

Horaires

Vernissage Jacques Moeschler

jeudi 10.6 - vendredi 11.6 - samedi 12.6 de 18h à 20h


Exposition Jacques Moeschler

du 10.6 au 30.6 2021



OUVERTURE DÈS LE 12.6

mardi - mercredi - jeudi - vendredi 14h - 17h

samedi 10h - 17h



 

Contact

Tel: +41 79 206 69 91

contact@galerie-comquecom.ch